La stratégie au cœur de l'information

5 octobre 2022

Tirer profit des retombées de la visite du président français Emmanuel Macron au Cameroun
Crédits: afrik.com

Tirer profit des retombées de la visite du président français Emmanuel Macron au Cameroun

Avec sa population en majorité rurale, 68% orientée vers l’agriculture paysanne, le pays peine à combattre l’insécurité alimentaire et l’import substitution. Le gouvernement camerounais multiplie des initiatives pour une agriculture durable en vue d’atteinte les ODD12 (établir des modes de consommation et de production durables). De manière plus simple, soutenir l’agriculteur pour une production qui aura un impact dans la communauté, sortir de l’agriculture destinée exclusivement à la consommation.

En conférence de presse ce mardi 26 juillet 2022, le président français Emmanuel Macon a annoncé des solutions qui pourraient doper la production agricole dans le monde rural et faire évoluer le secteur informel. Il s’agira de réorienter la coopération et les financements vers le monde rural et les TPE (Très Petites Entreprises).

Le secteur privé italien est constitué à plus de 80 % de PME, avant tout familiales, qui se sont développées sous le modèle des TPE. Ce modèle semblerait mieux adapté aux camerounais où le secteur informel contribue à plus de 57% du Produit Intérieur Brut (PIB) du pays.

La décision du gouvernement de réduire la dépendance aux importations en augmentant les taxes sur les produits importés doit favoriser l’émergence du made in Cameroun .

C’est dans ce contexte que Global Capacity Building Foundation met à la disposition du public la liste publiée par l’INS des produits non pétroliers importés chaque année et dont le volume d’importation en terme de coût est évalué à des milliers de milliards de FCFA. Il revient donc à chaque acteur de choisir un secteur dans lequel il pourrait palier l’import substitution. Il s’agit :

« Animaux vivants, viandes et abats comestibles, poissons et crustacés, poissons de mer congelés, lait et dérivés, œufs, miel, lait, en poudre ou concentré, autres produits d’origine animale section 1, animaux et produits du règne animal, plantes vivantes et fleurs, légumes, plantes et racines alimentaires, fruits comestibles, café, thé et épices, céréales, froment (blé) et méteil, maïs, riz. Produits de la minoterie : malt, farine de froment, gruaux et semoule de froment, malt non torréfié. Graines et fruits oléagineux : plantes médicinales, gommes, sucs et extraits végétaux. Matières à tresser section 2 : produits du règne végétal, huiles brutes ou raffinées, margarine, graisses et huiles animales ou végétales, préparations de viande et poissons, sucres et sucreries, sucres raffinés de canne ou de betterave, cacao et ses préparations, préparations à base de céréales, préparations alimentaires pour enfants, préparations de fruits et légumes, conserves de tomate, préparations alimentaires diverses, peaux et cuirs, ouvrages en cuir, articles de voyage, pelleteries et fourrures, ouvrages en peaux, cuirs et boyaux, pâte de bois, déchets de papier, papiers et cartons papiers et cartons (matières premières), produits de l’imprimerie et de l’édition, livres et brochures, journaux et périodiques papiers et ses applications, soie, laine et poils, coton, autres fibres textiles végétales, filaments synthétiques ou artificiels, ouates, feutres, tapis et revêtements de sol, tissus spéciaux, tissus imprégnés, étoffes de bonneterie, vêtements en bonneterie, vêtements autres qu’en bonneterie, autres articles textiles confectionnés, sacs et sachets d’emballage friperie, matières textiles et leurs ouvrages chaussures et leurs parties coiffures et leurs parties parapluies, ombrelles, parasols, plumes et duvets, ouvrages en cheveux chaussures, coiffures, parapluies… »

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.