La stratégie au cœur de l'information

5 octobre 2022

Samuel Eto'o et Serge Boyogono deux jeunes intègres qui veulent changer et que le système cherche à broyer
Crédit : Kehinde Wiley - flickr.com

Samuel Eto’o et Serge Boyogono : deux jeunes intègres qui veulent changer et que le système cherche à broyer

Né à Ombessa en 1982, à 40 ans Serge Boyogueno est le tout premier directeur général de la Sonamines, le gros bras de l’État du Cameroun créé par décret 2020/749 du Président Paul Biya signé le 14 décembre 2020 pour réguler et gérer le potentiel minier du Cameroun véritable scandale géologique.

Ancien Directeur des mines au Ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement Technologique, Boyogueno maitrise par cœur le potentiel minier du pays, tous les contrats, avenants signés par ses prédécesseurs aux profits d’entreprises minières parfois fantômes.

Ingénieur polytechnicien et diplômé de MBA, Serge a fait toutes ses études au Cameroun, sauf un bref passage au Burkina Faso ou il obtint un master spécialisé en gestion durable des mines de 2IE.

Aujourd’hui à la tête de la Sonamines, Serge pense que les choses ne seront plus comme avant, qu’il est temps que les camerounais jouissent du potentiel minier qui jusqu’ici ne génère que 1% du PIB. Comment croire que la région de l’Est ou l’or, diamant, et bien d’autres minerais aient pu rapporter au gouvernement camerounais en recette à peine 250 millions de FCFA ?

Pourquoi le ministre  veut la peau de Boyogueno ?

Le projet de Bauxite de Minim Martap et Ngaoundal, Makan. En 2018 c’est au tour de Canyon Ressources de mettre la main sur le projet de bauxite de Minim Martap éjectant Cameroon Alunima. Allez sur Google et tapez « Canyon Ressource une entreprise Australienne », tout vous renvoie au Cameroun qui en réalité est leur premier projet minier, ce sont des juniors sans expérience ni dans le développement, ni pour la recherche de financement.

Incapable de trouver de partenaires, Serge Boyogueno a pris ses responsabilités, car la Sonamines est une « entité autonome », et non « une direction du Ministère des Mines » elle a pour prérogative, la signature des MOU et la recherche des partenaires.

Le rêve qui vient de Chine

C’est finalement la China Railways no.5 Engineering Group Co (CREC 5) que le DG de la Sonamines va ramener dans le projet. C’est une entreprise publique chinoise des BTP, troisième dans le classement mondial avec un chiffre d’affaire de 20,52 milliards de dollars. Le DG de CREC5 5 cette entreprise était au Cameroun pour signer un MOU avec la Sonamines.

Alors que les camerounais pouvaient enfin célébrer un véritable partenaire pour viabiliser les mines, coup de tonnerre, le Ministre Dodo Ndoké accuse le directeur général de la Sonamines, Serge Hervé Boyogueno, de s’être substitué à l’État, et donc au département ministériel dont il a la charge, pour la signature du MOU du 18 février 2022 avec le Chinois CREC 5.

Malgré les défaillances de Canyon Ressources et l’attitude nocive des juniors dans le secteur minier au Cameroun, ce projet doit rester entre leurs mains. Lors de la réunion tenue le 28 janvier 2022 selon Investir au Cameroun, la Sonamines avait accusé le Ministère d’afficher une certaine complaisance vis-à-vis de la junior-minière australienne.

Le projet du fer de Mbalam est suspendu, le Cameroun trainé en justice par une entreprise n’ayant aucune expérience dans le domaine minier créée dans les paradis fiscaux au début des années 2000 pour mettre la main sur un des plus gros gisements de fer au monde. Les permis ont été bradés à une entreprise qui depuis 2006 est incapable de trouver de partenaire financier.

Le projet Bauxite de Minim Martap, bradé en 2005 à une entreprise Hydromine, qui se révèlera n’être qu’une start-up américaine créée en 2004 dans le Delaware, et qui un an plus tard en 2005 détenait déjà un permis d’exploration minière au Cameroun sans bureau, sans finance et sans expertise dans le secteur minier. Pourtant elle annonçait des investissements d’environ 5000 milliards de Francs CFA. Vingt ans après, jamais rien, Hydromine aurait bradé ses part à Cameroon Alumina. Une véritable mafia pilotée par certain pontes du régime.

Le projet de cobalt, une des plus grosses réserves de cobalt au monde, 1250 kilomètres carrés dans la région de l’Est Cameroun et où sont stockés d’énormes gisements de nickel-cobalt et de nickel-manganèse considérés aujourd’hui comme les plus importants gisements mondiaux de cobalt primaire non exploité. Le projet a été bradé en 2005 à une entreprise fantôme Geovic avec sa filière basée aux Îles Caïmans. Geovic aux USA n’avait pas de bureau, au Cameroun son DG était en même temps DG de British America Tobacco, DG Affero Mining. Ils ont réussi à prélever 35 milliards de FCFA au Cameroun avec la complicité des pontes du régime.

Le cas Samuel  Eto’o

Depuis son arrivée à la tête de la Fecafoot, Samuel Eto’o est attaqué par des personnalités, politiques et administratives sur ses actions marquant la rupture avec la gabegie, l’inertie et l’intérêt des footballeurs.

Favorable au départ du coach Conceição selon Jeune Afrique, l’entourage du Ministre des Sports essaye par tous les moyens de discréditer l’ex-capitaine des Lions Indomptables.

Que ce soit à la Fecafoot ou Sonamines, les acteurs du changement doivent se préparer à une adversité rude. Les adeptes du statut n’entendent pas perdre leurs privilèges.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.