La stratégie au cœur de l'information

30 novembre 2022

Le Cameroun, le Qatar et Samuel Eto’o président de la Fecafoot

Le Qatar organise la Coupe du monde de football dans quelques jours. Pour cette Coupe du monde, ce petit pays de 2,931 millions d’habitants peuplé à 80 % d’étrangers a fait du jamais-vu. Près de 220 milliards de dollars au total dépensés dans l’organisation de la compétition. À titre de comparaison, en 2018 la Russie avait déboursé 11,6 milliards de dollars, le Brésil 15 milliards de dollars en 2014, et l’Afrique du sud, Allemagne, France, moins de 7 milliards de dollars.

Ces fonds étaient gérés par le Comité Suprême pour la Livraison et l’Héritage (SC) avec pour ambassadeur mondial un certain Samuel Eto’o qui recevra 9 milliards de FCFA par an, pendant deux ans des qataries pour cette fonction. Il a voyagé partout sur le continent en jet privé immatriculé au Qatar, il a rencontré près de 40 chefs d’États pour vendre la coupe du monde du Qatar. Rappelons que ce chiffre de 9 milliards est loin des 3,2 milliards de FCFA qu’il percevait dans ce pays lors de son passage en qualité de joueur en 2018-2019.

La coupe du monde se clôture en décembre, et Samuel Eto’o est à nouveau sollicité par le Qatar, non plus par le Comité Suprême pour la Livraison et l’Héritage (SC), cette fois-ci par l’émir qui souhaite faire de lui l’ambassadeur du pays pour la culture et du tourisme. Le président Samuel Eto’o est tellement attaché au Cameroun son pays qu’il pense qu’avec ses fonctions de président de la Fecafoot, il lui faudra l’autorisation spéciale du chef de l’État son excellence Paul Biya. Il n’entend à aucun prix abandonné son projet pour le développement du football au Cameroun et se dit prêt à renoncer au chèque en blanc des qataries selon une révélation de ses proches collaborateurs.

Le président de la Fecafoot ambassadeur, quel est l’enjeu pour le Cameroun ?

Le Qatar Investment Authority est l’un des fonds souverains les plus agressifs à travers le monde. Ces fonds sont investis aux États-Unis, en Allemagne avec les participations importantes dans la Deutsche Bank, en France, en Angleterre, dans l’immobilier et l’infrastructures routières, le luxe et les loisirs. Le Qatar vient de lancer un fond d’investissement pour les pays d’Afrique subsaharienne.

L’arrivée de ce fond d’investissement coïncide avec la publication au Cameroun de la Stratégie National de développement pour 2030 intégrant des réformes, notamment les partenariats public-privé pour le développement des infrastructures. Quel rôle pourra jouer le président de la Fecafoot auprès du Qatar, pour les projets routiers, surtout la société qatarie Haba Business Group a déjà montré son intérêt pour un projet de construction de 10 000 logements au Cameroun, un nouvel aéroport international à Douala, la rénovation de l’existant et de participer à la mise en place du plan ferroviaire national, en étendant ce réseau ferroviaire national jusqu’aux frontières du Tchad.

Une chose est certaine, si le président Paul Biya accorde à Samuel Eto’o ce cumul (président de la Fecafoot et ambassadeur du Qatar), le Cameroun sans aucun doute aura une place privilégiée dans le financement des projets en Afrique subsaharienne par le fond d’investissement créé et actuellement logé au Maroc.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *