La stratégie au cœur de l'information

30 novembre 2022

Françafrique basses manœuvres du Coq Sportif pour tuer le développement du football camerounais initié par Samuel Eto’oCrédits : Le Coq Sportif
Crédits : Le Coq Sportif

Françafrique : basses manœuvres du Coq Sportif pour tuer le développement du football camerounais initié par Samuel Eto’o

La France d’Emmanuel Macron décidée à maintenir la Françafrique, c’est du moins ce qui se vit au Cameroun depuis l’éviction du coq sportif. L’équipementier qui avant le choix de One All Sports brandissait les menaces du tribunal se retourne désormais vers les méthodes de la Françafrique.

Selon les propos de Boris Bertholt, le DG du Coq Sportif vient de quitter le Cameroun. Accompagné de Yanick Noah, ils ont été reçus à la présidence de la République.

Ferdinand Ngoh Ngoh, l’homme grâce à qui le Cameroun a convaincu la CAF pour l’organisation de la dernière CAN TotalEnergies ne peut pas être celui par qui les prévaricateurs passent pour torpiller le précieux projet sportif de Samuel Eto’o. Qui sont donc les soutiens du Coq Sportif et des ennemis du football camerounais à la présidence ?

Comment la présidence peut-elle se mettre à dos tout un peuple parce qu’il faut satisfaire la fourberie d’un réseau qui pendant des années a pris en otage le football national ? Que faisait donc le Coq Sportif à la présidence de la République ? Est-ce le cabinet civil qui cautionne cette mafia ?

Le peuple saura la vérité

Le Coq Sportif qui avait porté plainte et disait attendre le démarrage du procès le 26 septembre, change de méthode. Le directeur du Coq Sportif aurait été reçu hier à la présidence de la République. L’information est rendue publique par Boris Bertolt qui étonne par la précision des détails relatifs à cette rencontre. Suffisant pour comprendre d’où vient cette haine qu’il affiche contre Samuel Eto’o. Le Coq Sportif sait pouvoir désormais compter sur le réseau qui existerait à la présidence de la République et qui depuis 2015 avait méprisé les décisions de la commission nationale d’arbitrage et le TAS invalidant l’élection de Tombi A Roko.

Ils récupéraient les équipements sportifs offerts par Puma et revendaient à la Fecafoot. Ce sont les mêmes qui sont décidés à maintenir le Coq Sportif, l’équipementier qui lors de la CAN avait donné une pro forma pour vendre les maillots à la Fecafoot.

Qui sont ces collaborateurs du président Paul Biya qui veulent ramener le football camerounais en arrière sans se soucier de la vie des principaux acteurs ?

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *