La stratégie au cœur de l'information

28 janvier 2023

Cameroun : du bout du tunnel au bout de l’enfer, le rêve brisé du point d’achèvement de l’initiative PPTE  

En 2006, l’annonce fait le tour des médias, le Cameroun a enfin vaincu la misère car le pays sortait de l’initiative PPTE, et pouvait enfin être maître de ses programmes de développement. Le Cameroun sortait enfin de plus de 25 ans d’ajustements ayant fait plus de morts qu’une guerre.

Au moment de l’atteinte du bout du tunnel, le Cameroun a sur sa table les gros projets appelés “des grandes ambitions”, couplés aux projets miniers. Le président Paul Biya a besoin de cash, et l’option de la Chine est la meilleure.

Lorsque le président Paul Biya invite président chinois Hu Jintao au Cameroun en 2007, ce dernier va passer trois jours dans un pays africain, du jamais vu. La Chine s’est engagée à déverser le cash au Cameroun. Pour piloter tous ces projets, Paul Biya a créé un ministère qui n’existait pas, le Minepat et le premier à occuper ce ministère était Louis Paul Motaze.

Le Minepat va donc concentrer sur lui tous les projets : infrastructures sportives, barrages, ports, mines, communication etc. C’est lui l’auteur du DSCE avec le cabinet français Egis et ses prévisions fallacieuses sur les projets miniers.

En 2011, lorsqu’il est muté au secrétariat du premier ministères, Louis Paul Motaze emporte avec lui tous les projets du Minepat. En plus de tout contrôler, il est président du comité de pilotage du port de Kribi, président comité de pilotage du complexe industrialo portuaire, PCA Hydromekin, président du comité de pilotage du fer de Mbalam, c’est lui qui pilotait le projet de la TNT, l’usine des tracteurs, agropoles, etc.

À cause du Minepat et son contrôle sur les projets miniers et énergétique, Rio Tinto quitte le Cameroun et abandonne Alucam et son projet de dix milliards de dollars sur la bauxite. Rio Tinto devait construire une usine d’hydrolyse d’alumine à Kribi, le renforcement de l’usine d’Edéa et la construction de deux barrages électriques de 1000 MW à Song Mbengue et Grand Ngodi.

Rappelons aussi que c’est à cause de ce Minepat que la Chine va blacklister le Cameroun dans le décaissement pour les projets au Cameroun.

En 2019 le Cameroun reconnaîtrait l’échec du DSCS. L’ex-patron du Minepat est désormais aux finances. Et la dette du Cameroun est passée de 900 milliards à 12 000 milliards de FCFA.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *