La stratégie au cœur de l'information

5 octobre 2022

Nji Njoya Zakariaou ou la réincarnation du roi des Bamouns
Crédit : Albin Njilo

Nji Njoya Zakariaou ou la réincarnation du roi des Bamouns

Il n’avait sans doute jamais voulu être mis au-devant malgré les dons tous azimuts qu’il fait dans le département du Noun. Ceci jusqu’au jour où, se sentant orpheline, les jeunes du RDPC du Noun ont fait appel à lui pour porter le flambeau du combat politique.

C’était le 29 août 2020, Nji Njoya Zakariaou répondait à l’appel des jeunes du RDPC dans le département après la défaite cuisante face à l’UDC lors des élections couplées législatives et municipales. Le ministre avait fait le déplacement pour Foumban et depuis ce jour la base a fait de lui le commandant en chef du parti. D’où les flèches groupées de ses détracteurs.

Dans la nuit du 26 au 27 décembre 2020, un bus de 70 places d’Avenir Voyages, parti de Koutaba pour Yaoundé, est entré en collision avec un camion circulant dans le sens inverse au lieu-dit « Pont Nomale » à Ndikinimeki, sur la route nationale n°4 (Yaoundé-Bafoussam). Le bilan officiel de cette hécatombe était de 39 morts et 14 blessés graves. Ce jour, sur les antennes de plusieurs radios de Douala et Yaoundé, un homme était porté au banc des accusés par ses détracteurs, le ministre délégué au transport Nji Njoya Zakariaou.

Ministre délégué aux transports, il était accusé d’avoir distribué des permis aux conducteurs de motos y compris celui du fameux bus d’Avenir Voyages. Plusieurs mois avant le drame, le ministre Nji Njoya Zakariaou dans le souci de réguler le métier de moto taxi dans la ville de Foumban et absorber une partie du chômage des jeunes, avait financé les dons après formations de 400 permis catégorie A aux benskineurs. Comment pouvait-il avoir facilité l’obtention du permis catégorie D au conducteur d’Avenir Voyages alors que pour partir de B pour D il faut deux ans ?

Pourquoi tous ces détracteurs du ministre ?

Qui n’a pas connu Fédéral de Foumban qui a produit des joueurs de l’équipe nationale ? Ce club est aujourd’hui relégué en quatrième division. Le Cameroun vient d’organiser la CAN deux années après le CHAN, plusieurs infrastructures sportives ont été construites dans les villes du département, le Noun a été oublié. Nji Njoya Zakariaou est désormais là, il vient de décrocher un projet de construction d’un stade de football moderne dans la ville de Foumban. La délégation conduite par Mabouang Kessack était à Foumban rencontrer le sultan du Noun pour la présentation du projet.

Discret et rassembleur, c’est dans la discrétion que Nji Njoya réalise des merveilles pour le département du Noun. L’évocation de « réincarnation du roi » c’est à travers sa générosité sans discrimination, dans le Noun il aide toutes les communautés et pas seulement Bamouns.

Construction des salles de classes dans le département du Noun, c’est Nji Njoya Zakariaou. Don des kits scolaires (livres de lecture et de calcul, de cahiers, de stylos, de crayons etc…) offerts à plusieurs centaines d’élèves du primaire, secondaire et supérieur, son nom est cité.

Les problématiques d’accès à l’eau préoccupent le gouvernement au plus haut niveau, la vétusté des installations dans la ville de Foumban prive les populations de ce précieux liquide gage de la santé. Ainsi donc, Nji Zakariaou a personnellement entrepris de construire dans les groupements du département des forages mis à la disposition des populations. C’est grâce à la générosité du ministre que l’on pouvait voir du sourire sur les lèvres des femmes du département le 8 mars dernier, comme à l’accoutumé, plus de 5000 pagnes ont été distribués aux femmes du département, un soulagement après la flambée des prix partis de 5000 à 15 000 FCFA cette année.

Depuis l’accident de décembre 2020, tous les voyages de nuits sont scrutés dans le département sous ordre du ministre délégué depuis le drame de Ndiki. Le 4 mars de cette année, un geste de routine du délégué départemental des transports aura permis d’éviter le pire. Le délégué a l’habitude d’inspecter tous les véhicules des agences qui font le transport de nuit. Hier c’était la grogne à l’agence Ouibus de Foumban. A 1H du matin les 75 passagers qui devaient prendre la route à 22H  étaient encore bloqués à l’agence Ouibus de Foumban. Et pour cause, le délégué départemental des transports du Noun avait saisi le dossier du véhicule qui voulait se déplacer avec un pneu usé et sans roue de secours. Cet acte du délégué aura sans doute permis d’éviter un nouveau drame après celui de l’agence Avenir du Noun à Ndikinimiki il y a moins d’un an.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.