La stratégie au cœur de l'information

5 octobre 2022

Développement minier, le Cameroun au cœur de la géostratégie russo-chinoise ?
Crédit : Fuoco Fatuo - flickr.com

Développement minier : le Cameroun au cœur de la géostratégie russo-chinoise ?

Bloomberg vient d’annoncer l’entrée des entreprises stratégiques chinoises dans le capital de celles de Russie, notamment dans les domaines de l’énergie et de la métallurgie. Ainsi, Aluminium Corp. et China Minmetals Group sont en négociation pour rentrer dans le capital du numéro un mondial de production d’alumine, Rusal.

En 2011 une délégation de Rusal était au Cameroun, intéressée par le potentiel camerounais en bauxite. A en croire les dernières estimations de Canyon Ressources, les deux seuls gisements de Minim-Martap et de Ngaoundal pourraient faire du Cameroun la première réserve de bauxite dans le monde. Un mémorandum d’entente avait été signé entre les deux parties représentées par Badel Ndanga Ndinga, ministre camerounais des mines et les représentants de la société unie Rusal conduits par Yakkov Itskov en présence de l’ambassadeur de Russie au Cameroun.

Entre temps, malheureusement ces gigantesques réserves avaient été bradées à une entreprise fantôme. Fantôme parce que créée en 2004 dans le Delaware aux USA, en 2005 certains pontes du pouvoir donnaient déjà à Hydromine (dont le représentant était un ancien recteur, ancien ministre et proche du Premier ministre de l’époque) le permis sur les gisements de Minim Martap et Mangan. Puis les moments d’incertitudes sur l’avenir politique du Cameroun jusqu’à la réélection de Paul Biya en 2018.

En 2020, le projet ayant transité des mains d’hydromine pour une nouvelle entreprise sans aucune référence, le numéro un chinois de négoce du métal fer et aluminium a accepté de mener une étude au Cameroun aux cotés de Canyon Ressources, c’était la Zhongye Changtian International Engineering Corporation (MCC-CIE), une entité du géant chinois China Minmetals Corp.

Le président Paul Biya sachant comment des entreprises ont magouillé avec les pontes du régime pour mettre la main sur les gisements des matières premières stratégiques, n’a jamais souhaité mêler la Chine à cela. L’on se souvient du milliardaire chinois pendu pour corruption alors qu’il venait s’impliquer au Cameroun dans le projet du fer de Mbalam avec les australiens, il y a ensuite la China Ghezouba qui depuis le MoU en 2015 avec Sundance jusqu’en 2017 avait finalement refusé de se mêler au projet.

Apres les résultats des recherches du géant chinois China Minmetals Corp. en 2021, en 2022 le patron de Sonamines Serge Boyoguno a reçu le PDG d’une entreprise d’état chinoise leader chinois dans les BTP pour le développement des infrastructures des chemins de fer au Cameroun. Entre temps, la China Metals serait en train de s’associer au géant russe Rusal. Une nouvelle manière d’éjecter Canyon Ressources ?

En janvier 2022 le franc guinéen a pris de la valeur par rapport à l’euro surtout grâce à l’abondance des devises sur l’exportation de sa bauxite depuis l’arrivée de la Chine et du géant Rusal, surtout avec la baisse des importations du fait de la baisse de trafic. Oleg Deripaska qui vient d’être sanctionné par les occidentaux, le fondateur du géant Rusal qui en 2018 démissionnait du conseil d’administration de son entreprise ayant réalisé 8,57 milliards de dollars de revenus en 2020 déclarait après le coup d’État en Guinée il y quelques mois « 20% de l’aluminium mondial provenait de la production guinéenne, et que le putsch « pourrait sérieusement ébranler le marché ».

Le Cameroun deviendra sous peu un acteur majeur de la production de l’aluminium.

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.