La stratégie au cœur de l'information

5 octobre 2022

Coup de Foudre à Kribi, le long-métrage qui rêve d'un Oscar
Crédit : Coup de Foudre à Yaoundé - Ewing Power Production

Coup de Foudre à Kribi, le long-métrage qui rêve d’un Oscar

Le 18 mars 2019, dans le célèbre journal Le Parisien, le journaliste Alexandre Arlot publiait un article révélant les intentions de Mason Ewing engagé dans le tournage de son premier long-métrage Coup de Foudre à Yaoundé. Trois ans après le démarrage de son film, l’homme qui vise un Oscar avec un film africain ne cesse de déclarer :

« Je veux montrer aux Blancs que l’Afrique, ce n’est pas que la guerre ou la misère. Ce sont aussi des lieux magnifiques. »

Mason Ewing

Parlant de lieux magnifiques, la quête de l’endroit parfait est à l’origine d’une légère modification : au lieu de Coup de Foudre à Yaoundé, ils parlent désormais de Coup de Foudre à Kribi. C’est une cité balnéaire connue pour ses plages de sables, ses chutes et un écosystème paradisiaque, future mégapole économique du pays.

En contact avec la célèbre productrice Marie Adler, le film, doté d’un budget de 100 000 €, aurait dû sortir en 2021. Il a été tourné en grande partie au Cameroun, avec des professionnels recrutés sur place et quelques acteurs français dont Milan Ewing.

« Enfant, au Cameroun, j’avais un cahier que je remplissais des images d’Elizabeth Taylor, Whoopi Goldberg, Steven Spielberg, Meryl Streep. »

Énumère Mason Ewing au Parisien.

Coup de Foudre à Yaoundé compte plusieurs jeunes acteurs français qui donnaient la réplique à l’héroïne incarnée par la comédienne et mannequin camerounaise Hortavie Mpondo, sans toutefois oublier Blanche Bilongo, actrice, scénariste, présentatrice et monteuse à la télévision nationale du Cameroun CRTV qui incarne Marie Young, la mère de Rose.

Cameroun Liberty a rencontré Baba Wild qui a accepté de nous répondre sur la première partie de la réalisation et sa première expérience en Afrique.

Cameroun Liberty : En 2019, vous étiez au Cameroun pour la première partie du long métrage Coup de Foudre à Yaoundé. C’était votre première expérience dans le cinéma sur le continent ?

Baba Wild : Bonjour, Cameroun Liberty. Oui, Coup de Foudre à Yaoundé est ma première expérience de tournage au Cameroun et même en Afrique. C’est une expérience que j’attends avec impatience de renouveler avec Coup de Foudre à Kribi !

Cameroun Liberty : Comment avez-vous été accueilli au Cameroun ?

Baba Wild : J’ai été très bien accueilli par les Camerounais. On sent vraiment leur chaleur humaine et la joie d’inviter des étrangers à découvrir le pays, la culture. Et puis, on m’a aussi raconté quelques histoires du Cameroun que j’aime beaucoup !

Cameroun Liberty : L’on ressent en vous un certain enthousiasme à vouloir y retourner, qu’est-ce qui vous a vraiment marqué dans ce pays ?

Baba Wild : J’ai adoré voir les Camerounais se battre pour leur héritage culturel que je trouve magnifique. C’est vrai que je ne connais pas parfaitement cet héritage mais il est à préserver. Les Camerounais en parlent avec une telle passion et une telle énergie. J’ai aussi été heureux de constater que les idées reçues qu’ont les Européens sur les pays africains sont infondées. Il y a tellement de belles choses qui ne sont pas mises en valeur ! Alors oui, rien n’est parfait dans la vie, mais ce que j’ai vu dans la Petite Afrique est loin de beaucoup de choses qui peuvent être dites. Et puis au Cameroun, vous avez tellement de dialectes, d’ethnies, de mets… ! C’est une immense richesse.

Cameroun Liberty : Le Cameroun a accueilli sur son sol plusieurs célébrités qui, une fois arrivées, n’en sont plus reparties parce que séduites par de très belles créatures. Ça ne vous est pas encore venu à l’idée de tomber sur une fille à la beauté de sirène dans la cité balnéaire de Kribi ?

Baba Wild : (rires) Je suis sûr qu’il y a de très belles filles à Kribi ! On m’a souvent dit que les plus belles femmes d’Afrique sont au Cameroun. Je veux bien le croire car plusieurs personnalités camerounaises connues dans le monde sont d’une grande beauté !

Cameroun Liberty : Quelles sont vos attentes pour la seconde partie du long métrage en cours de préparation ?

Baba Wild : Honnêtement, je ne m’attends à rien de spécial pour ce tournage tout simplement parce que chaque plateau est différent. On rencontre des personnes très intéressantes à chaque fois et on se laisse porter par l’ambiance et le rythme pendant ces quelques semaines très intenses. Je m’attends simplement à en apprendre plus sur les autres, donner le meilleur de moi-même pour interpréter mon rôle.

Cameroun Liberty : Quel message pour les Camerounais qui vous attendent ?

Baba Wild : Je voudrais leur dire qu’ils sont assis sur un énorme potentiel, il n’appartient qu’à eux de le faire exploser. Mais il faut se battre pour ses rêves, même si ce n’est pas moi qui vais apprendre aux Camerounais à se battre pour leur avenir. Cameroun o’bosso !

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.