La stratégie au cœur de l'information

5 octobre 2022

Cameroun un cadre de l’opposition demande à Emmanuel Macron de « chasser » Paul Biya du pouvoir
Crédits : Remi Jouan - commons.wikimedia.org

Cameroun : un cadre de l’opposition demande à Emmanuel Macron de « chasser » Paul Biya du pouvoir

Au moment où l’Afrique se mobilise pour rompre l’ingérence de la France sur le continent, un cadre de l’opposition demande à Emmanuel Macron de chasser Paul Biya du pouvoir. Les échanges ont eu lieu ce mercredi 8 juin 2022 en région parisienne.

« C’est à l’Union Africaine de travailler à une transition démocratique. »

A répondu Emmanuel Macron.

Macron sait et il a vu, il a vu ce qu’ont fait le SGPR Ferdinand Ngoh Ngoh et Cyrus Ngo’o DG du port de Douala à Bolloré. Qui pouvait imaginer Bolloré chassé du terminal à conteneurs du plus important port d’Afrique centrale.

Macron sait que le Cameroun d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier où les SGPR tout puissants bradaient le port de Douala, bradaient la Sonel en fermant les yeux sur le non-respect des cahiers de charges, bradaient le patrimoine de l’État et le sous-sol aux startups créées pour la circonstance dans les paradis fiscaux, un ex-SGPR fut intercepté alors qu’il négociait la vente d’Intelcam.

Macron sait désormais que ça ne rigole plus au Cameroun, il a constaté comme le reste du monde les signatures d’accords de défenses avec la Russie et la Turquie, il a vu comment le Cameroun a chassé Glencore de la liste des fournisseurs d’hydrocarbures ce qui a permis au Cameroun de réaliser en un an près de dix milliards de FCFA de bénéfices. Plus important encore, Glencore revend ses actifs du bloc de Bolongo dans le bassin du Rio Del Rey à Perenco, sans doute pour quitter le pays.

Macron sait et il a vu, il a vu comment le SGPR sous les hautes instructions du président Biya a éjecté l’australien Sundance du projet du fer de Mbalam, Ferdinand Ngoh Ngoh a déjà informé la SONAMINES de l’intérêt porté par 5 géants chinois des mines, toutes les entreprises publiques chinoises. Macron va-t-il compromettre les intérêts du français Eramet en pleine conclusion d’une convention minière sur la rutile d’Akonolinga ? En passant, le gouvernement chinois vient de donner son accord à Sinosteel pour le démarrage d’activités d’exploitations du fer de la Lobé au Cameroun.

Macron sait que les russes et chinois sont là, il sait que les turcs sont là, Israël est là, les américains qui ne lâchent pas, et mieux encore, le nouveau roi des Émirats arabes unis qui lorgne les investissements au Cameroun.

EDF va bientôt livrer Nachtigal, ensuite ce sera Kikot, 600 mW, projet conjoint entre le Cameroun et le Congo. Désormais la France se cherche, elle sait que le Cameroun n’a de leçons à recevoir de personne. Raison pour laquelle il a répondu a ces africains d’un genre qu’il devra pour la transition politique au Cameroun se référer à l’UA. Macron sait que le Cameroun a changé, que les SGPR ne sont plus les mêmes, et que malgré les brebis galeuses encore en service aux côtés du chef de l’État, le président de la République du Cameroun peut encore compter sur certains collaborateurs fidèles et intègres.

Macron a été incapable de sauver les intérêts français en RCA et au Mali, et vous lui demandez d’intervenir au Cameroun ?

Wandayance…

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.